Apprendre & Pratiquer le métier d'écrivain

La vie de château n’est plus ce qu’elle était !

Nouchka Favez publie son deuxième recueil de nouvelles aux éditions Mon Village (Suisse).
L’acheter en ligne

Ses créations littéraires au sein de l’atelier

En « 3ieme année de formation d’écrivain perpétuelle » selon ses termes, Nouchka apprécie tout particulièrement l’atelier d’écriture en ligne de L’esprit livre. Elle y invente des histoires. Elle aime retrouver les copines et recevoir des suggestions, des idées d’écriture et des corrections. Le groupe est francophone : une Québécoise, trois Française, et elle, la Suissesse. Aujourd’hui elle n’a plus envie de s’en passer.

Ce deuxième recueil est encore plus original que le premier. Interviewée par sa formatrice, Jocelyne Barbas, elle évoque rapidement son univers de fantômes bienveillants et de sorciers victimes de leur maléfices.

Il faut dire que les propriétaires de château connaissent de moins en moins les réjouissances des siècles passés : ils manquent souvent de moyens et se retrouvent dans l’obligation d’organiser visites. Avec Nouchka, ce sont les fantômes facétieux qui font les visites…

Cela commence à vous donner le ton. Ils n’hésitent pas à organiser des défilés de mode, utilisant bien sûr leurs pouvoirs pour créer des effets sensationnels auprès des spectateurs.

Quatrième de couverture

« La vie de Château n’est plus ce qu’elle était… Ces contes le confirment par des péripéties surprenantes que vivent certains habitants de ces châteaux.
Le fantastique côtoie l’humour, la réalité se confond avec l’invraisemblable. Des êtres malveillants sont victimes de leurs propres machinations, et malgré tout, la poésie et la tendresse se frayent un chemin prometteur.

Une sorcière perd son ombre ; un jeune amnésique s’interroge sur ses dons apparus soudainement, lui permettant de vivre des aventures rocambolesques à ses compagnons ; ensorcelés par un magicien scélérat, des yeux de poupées attaquent les personnes qui passent devant une vitrine de jouets, des fantômes polymorphes animent la vie des pensionnaires d’un home (maison de retraite) ; un garçon découvre un livre maudit en cherchant un ouvrage d’entomologie dans la bibliothèque d’un château hanté. »