Apprendre & Pratiquer le métier d'écrivain

Le journal intemporel du Chat Noir : une initiative

Le journal intemporel du Chat Noir

Le temps passe, l’art s’éternise...

« Tous ceux qui, sur terre, demeurent attachés aux principes de liberté, ceux qui ne sauraient vivre sans être assurés qu’ils pourront, à l’occasion, exprimer clairement et librement leurs idées, clamer sur la place publique leurs doléances et leurs critiques, et ceux qui entendent demeurer maître de juger à voix haute les puissants du jour, et ceux pour qui les jeux de l’ironie sont une soupape de sûreté aux explosions de la colère, tous ceux-là devraient tresser des couronnes à Salis. »

Maurice Bebel « Rodolphe Salis et la liberté »  Le Glaneur Châtellerauldais, juin 1951 (Prix Goncourt en 1927, auteur originaire du département de la Vienne)

 

L’initiative en quelques mots

Inspiré par l’élan créatif des écrivains du cabaret Montmartrois du 19e siècle, L’esprit livre offre à ses écrivains en formation un support d’expression pour se faire connaître du public et de riches références pour écrire sur un ton comique.

Le Chat Noir était à la fois un cabaret, un journal littéraire, une communauté d’artistes qui se produisait sur scène lors de tournées en France, une école de libre-pensée et le lieu de révélation d’artistes prestigieux, d’inventeurs, d’avant-gardistes. Ils furent à l’origine du rire moderne : Alphonse Allais, Claude Debussy, Jules Renard, Erik Satie, Toulouse Lautrec… 

Faire rire et atteindre l’excellence littéraire. Tel était le défi relevé par les auteurs du journal du Chat Noir. Cet hebdomadaire compte 690 parutions du 14 janvier 1882 au 30 mars 1895. Il invite à un festival des joies de l’esprit, un grand carnaval de la pensée fanfaronne, impertinente et follement créative… et à la découverte de nombreux talents.

La mise en oeuvre de cette initiative par L’esprit livre est à son stade expérimental. Les textes présentés sur ce blog ont été créés durant l’une de nos formation.

Lisez cet article si vous souhaitez obtenir  plus d’information.

 Prochaine formation

Cette formation mixte à l’écriture comique se déroulera du 15-1-2018 au 30 – 07-2018 à la fois à distance et en présentiel.

  • En ligne du 15-01-2018 au 30-07-2018
  • 5 jours de stage du 23-04-2017 au 27-04-2018 à Vouillé (86190)

Vous apprenez à écrire des articles amusants tout en vous entraînant à utiliser des  techniques d’écriture et en vous inspirant des écrivains du journal Le Chat Noir.

De l’intemporalité du Chat Noir et de son journal

Présentation détaillée de cette initiative

Un hommage amoureux à la mirifique épopée chanoiresque

Le Chat Noir est connu dans le monde entier et cependant il n’a pas trouvé sa place dans les manuels d’histoire littéraires entre les écrivains du Parnasse et les décadents. Oubli délibéré ou injustice de l’histoire ?

A moins qu’il ne s’agisse de l’ironie du sort nous invitant à dépoussiérer notre histoire, en nous remémorant les bons mots de ces énervés de la Belle Epoque. Une belle occasion de rendre un légitime hommage à cette fabuleuse aventure artistique et de la plus belle manière…

A la manière de !  Une façon de relire ces écrivains inclassables et d’écrire dans la même veine humoristique. A nous d’actualiser les sujets, les manières d’écrire tout en conservant cette volonté de propulser de nouveaux talents sur la scène éditoriale et d’offrir aux lecteurs un carnaval de jeux de mots et un affolement des zygomatiques.

 

Le cabaret et le journal de Rodolphe Salis

Initiateur de « cette tribune libre qu’on appela par la suite le Cabaret montmartrois » selon Camille Pagé, ex- maire de Naintré (86) et ami de Salis, ce « Gentilhomme cabaretier » veillait à ce que l’on puisse « se désaltérer le gosier tout en se régalant l’esprit ».  Avide de trouver la formule secrète du succès et d’attirer à lui la notoriété, il inventa le cabaret en faisant accompagner les diseurs de poèmes au piano.

Pour gagner leur vie, ces artistes non admis dans les salons de peinture, les expositions officielles, la scène des théâtres, le microcosme littéraire, cherchaient à proposer leurs oeuvres à des journaux. Ils y exprimaient leurs angoisses, leurs peurs, leurs fantasmes. Ainsi naquit à Montmartre, une culture alternative et contestataire, qui, réservant une bonne place à l’humour, aimantait un public toujours plus nombreux.

École de la fantaisie, le Chat Noir fut fréquenté entre autres par Charles Cros (qui inventa le phonographe avec Edison), Caran d’Hache (père de la BD), Henri Rivière créateur avec Rodolphe Salis du théâtre d’ombre (spectacle audiovisuel précurseur du cinéma), Erik Satie, Toulouse Lautrec, Aristide Bruant auteur de la célèbre ballade « Je cherche fortune autour du chat noir », Alphonse Allais, etc.

Caricaturant les moeurs, la liberté de parole de la belle époque était plus débridée que la nôtre. Le bon sens malicieux, l’injure malicieuse, l’esprit critique acéré animaient les conversations et alimentaient des articles de presse savoureux. Ceux qui fréquentaient le Chat Noir savaient s’amuser.

 

Un hommage littéraire

Exhumant de l’oubli et de l’indifférence ce personnage de notre patrimoine littéraire, musical et pictural, l’épopée du Chat Noir conviera le lecteur à un festival des plaisirs de l’esprit, de prouesses verbales, et d’explorations littéraires amusantes. Le Chat Noir était une école d’excellence : la scène et leurs publications servaient de révélateurs. Les collaborations créatives étaient à l’honneur, ainsi que la fantaisie.

Les auteurs du journal intemporel du Chat Noir seront donc invités à écrire « à la manière de », à s’inspirer librement des textes publiés dans le journal du Chat Noir original, librement accessible aujourd’hui en ligne grâce à la numérisation de la BNF, via son site Gallica.

 

La ligne éditoriale

Une ligne éditoriale conçue avec  de grands À, À, forcément !

  • À la vérité, vous favoriserez le canular, les folles histoires, le rêve et la poésie

  • À l’urgence et au scoop, vous choisirez les effets de style et des jolies citations

  • À la gravité, vous ferez œuvre de légèreté et liberté d’esprit

  • À l’utilité, vous saluerez toutes les facéties et autres objets futiles

  • À la proximité des intérêts ordinaires, vous propagerez le goût de l’aventure
  • À l’insolite, l’absurdité, l’anachronique, vous vous attacherez tout particulièrement
  • À l’héritage laissé par les auteurs du Chat Noir, vous rendrez un vibrant hommage amusé
  • À la littérature et à la beauté de l’écriture, vous bûcherez le coeur en fête
  • Aux zygomatiques de vos lecteurs, vous penserez sans répit, jour et nuit
  • À l’écriture numérique, vous vous lancerez et trouverez la Force, comme maître Yoda
  • À la lecture créative du Journal du Chat Noir, vous puiserez des sujets et des idées

Il ne s’agira pas pour vous d’informer, mais de faire rigoler…

 

Publier dans le journal

L’esprit livre est dans une phase expérimentale avec nos auteurs stagiaires avant d’envisager la création et l’édition d’un journal. Nous vous présentons sur ce blog des travaux réalisés lors d’une première cession de  formation à écriture comique.

Nous n’avons pas encore de comité de rédaction et nous espérons la participation d’écrivains, voire d’éditeurs. L’objectif affiché est d’oeuvrer  de concert en faveur de la formation des écrivains et d’une expression comique francophone.

Si ce projet vous intéresse merci de vous manifester en laissant un commentaire au bas de cette page.

L’esprit livre ne souhaite pas recevoir de textes non sollicités. Merci de votre compréhension.

A suivre donc…

 

En savoir plus sur le journal du Chat Noir

> Lire en ligne le journal du Chat Noir

> Les gaîtés du Chat-Noir Jules Lemaître : sélection de texte

> La nouvelle du chat Noir, Edgar Allan Poe, nouvelle qui aurait donné son nom au cabaret,  à écouter